Triath'long Roayan 2015 Cab triathlon

Triath'long Roayan 2015 Cab triathlon4 sociétaires du CAB Triathlon participaient à l’édition 2015 du Triath’long International de Royan. Amateurs éclairés et professionnels s’étaient donné rendez-vous pour cette 5ème édition…sous le soleil. C’est Cyril Viennot, champion du monde 2015 de triathlon longue distance et 5e à Hawaï en 2014 qui remporte la course , confirmant son statut de favori… juste devant Romain Guillaume qui franchit la ligne avec 38 secondes d’écart seulement.

Du côté de nos « Cabistes » Vincent termine la course en 5 h 39 en sortant un gros vélo ; avec une bonne alimentation et hydratation Eddy prend une revanche sur l’an dernier pour terminer en 5 h 47: belle performance. Jules, après des soucis mécaniques et une réparation de fortune sur la partie vélo termine l’épreuve en 6 h 27 . Enfin, Mika clôture son premier half en 6h56. Bravo à nos finishers

CR de course par Edddy:

Après avoir pris mon mal en patience pendant 1 an du fait de n’avoir pas pu finir mon 1er Half (coup de chaud en 2014 sur cette même épreuve), me voici de nouveau à Royan en 2015. Les copains du CAB sont là aussi cette année même s’ils sont un peu moins nombreux que l’année dernière, ils vont tout de même encore une fois me pousser à me dépasser !

Nous nous préparons donc au bord d’une mer plutôt calme à démarrer cette journée du 5 septembre … on finit de se fermer mutuellement les combis avant de faire notre petit échauffement dans la foule où la tension et l’envie d’en découdre se fait de plus en plus ressentir.

C’est sous un ciel parfaitement clair et une température idéale que nous prenons le départ en version course à pied sur la plage (environ 150m). Sur la natation je me contente de m’imposer un rythme constant mais pas trop élevé car je sais que la course va être longue, enfin si tout va bien … Difficile de nager quand tous les gars autour de toi se mettent à nager de travers, à moins que ce ne soit moi qui n’aille pas droit. Je lève la tête … c’est bon j’ai toujours les bouées en mire (et le coude du voisin qui me percute aussi). Bref, la natation se déroule plutôt correctement et je cherche les copains dans le parc à vélo après avoir couru à nouveau les 200m de la plage. Aucun Lustucru à l’horizon … je pars en forme sur le vélo et prêt à affronter les 4 petits « dos d’âne » à chaque tour comme aime les appeler le vainqueur de 2014. Ces bosses ne sont pas très longues mais au bout de 70-80 km elles me chauffent bien les quadriceps. Le vélo se passe bien et j’aperçois enfin un Beglais, c’est Vincent qui d’ailleurs me dépasse dans un des dos d’âne en me disant que ça va et que Jules a eu des problèmes avec son vélo. Je me dis que c’est pour ça que je ne l’ai pas vu avant.

Finalement je pose le vélo après avoir bien bu mon breuvage maison toutes les 10-15 minutes (fini la déshydratation, comme quoi un échec peut être une bonne expérience…) et part sur la CAP sans encombre. Le temps est toujours aussi parfait, j’ai oublié la crème solaire mais il ne fait pas trop chaud.

Dès le début, on attaque dans le sable sur 150-200m. 2 tours de 10km à faire avec là aussi quelques bonus. En plus des passages dans le sable la route s’élève, surtout au bout de la plage où nous devons gravir un quasi-mur. En effet environ 200m à 15-20% c’est bel et bien un mur. Tout le monde marche ou presque, je me fixe l’objectif de le passer les deux fois sans marcher, mission accomplie sauf qu’arriver au moment de dérouler dans la descente je regrette un peu cet objectif qui m’a bien cassé le souffle. J’aperçois à nouveau Vincent que je croise avec des encouragements mutuels, ça fait chaud au coeur et ça motive. Il a l’air en forme, je croise ensuite Jules et Micka qui on l’air tout les deux d’être un peu entamés mais toujours motivés et confiants (ça aussi ça fait plaisir). Pour finir j’arrive sur la dernière ligne droite (interminable) où j’aperçois la tente des massages de l’arrivée au loin. . Derniers mètres et Giulia ma fille me tend la main pour faire les dernières foulées jusqu’au bout et là … plus mal nulle part !

Cette course fut ma meilleure jusqu’ici, pas pour la perf car mes 5h47 me font plaisir mais auraient pu être bien mieux, mais quelles sensations ! Et quel plaisir de franchir la ligne et de dire ça y est je l’ai fait ! Il avait raison Vincent dans le dernier tour quand il m’a dit « cette fois c’est bon pour toi ! » en effet c’est trop bon et mon seul souhait maintenant, c’est de remettre ça !