cab L salagou

Deux cabistes (Nico et Olive) se sont rendus en Juin dernier sur les terres rouges du Salagou … pour tester le triathlon L qui y sévit depuis quelques années… et dont la réputation ne cesse de monter (un peu comme le parcours vélo d’ailleurs)!

Profil altimétrique triathlon salagou
Pour (re)vivre la course comme si vous y étiez, voici le CR de Nico:

Au début du mois de juin 2017, avait lieu la 4ème édition du triathlon du Salagou, au nord-ouest de Montpellier. Et ce triathlon commence à avoir du succès : 3300 concurrents cette année répartis sur plusieurs épreuves : XS, S, Kids, Cross-Triathlon… Dommage que ça ait lieu en même temps que le triathlon INTERNATIONAL de Bègles, car cela aurait encore plus de succès !

19030337_1695133450501690_3656484083000997884_nNous avons donc décidé, Olivier Dupuis et moi-même, de nous aligner sur le L.

C’est en réalité un peu plus court qu’un L : 1,9Kms de natation, 78 Kms de vélo et 18Kms de CAP.

VENDREDI 9 JUIN : On part de Bordeaux à la fraîche pour aller récupérer les dossards sur les lieux du triathlon. Le paysage est sompteux : des roches rouges, un grand lac, des montagnes… En revanche, il fait déjà chaud, et il ne faudrait pas que le thermomètre grimpe encore, sinon, ça va faire mal…

SAMEDI 10 JUIN : Le départ du L est prévu pour 10H00 ! Est-ce bien raisonnable, compte tenu de la chaleur annoncée (36°C l’après-midi) ? On est quand même sereins (trop ?), on dépose les bagages dans le parc, et on s’approche de la zone de jeu… Une petite pause devant le photographe, une petite baignade pour se rafraichir un peu… 9H50, on est prêts, le speaker met l’ambiance, le cardio commence à monter… Envie d’aller aux toilettes, mais ça attendra…

19250690_843454099163013_8745405225388023423_o
ET TOP DEPART ! On commence tranquille, on se prend quelques coups, on essaie de trouver son rythme… Premier virage, second virage, et la ligne d’arrivée est en vue… On sort de l’eau dans nos temps habituels d’excellents (!) nageurs (34’ et 36’) : Y’a sans doute pas exactement 1800 mètres, sinon, on y serait encore ! Jusque là, tout va bien !

triathlon salagou cab triathlon velo
On monte alors sur les vélos, et là, on rentre directement dans le vif du sujet : une côte dès le départ : on se croirait à Cadarsac ! Sauf que la côte est longue… Heureusement, l’environnement est vraiment magnifique… Les 5 premiers kilomètres se font sur le bord du lac : tu en prends plein les yeux ! Par contre, il n’y a pas de plat dans ce coin : Soit tu montes, soit tu descends ! On nous avait prévenus : il y a 1500 mètres de D+… Au bout du 20ème kilomètre, mon copain Oliv met le clignotant et me double dans une côte !
tri begles salagou

On s’échange un petit mot gentil, on est encore contents et plein d’énergie ! Au 34ème kilomètre, on attaque LA grosse côte de l’épreuve, qui mène au col de la barraque de Bral, 5 kilomètres plus loin. Je n’ai jamais monté un machin pareil, alors, je gère la montée, et… quelle satisfaction quand tu arrives en haut sain et sauf ! Tu prends une gourde d’eau et tu repars pour quelques kilomètres de descente… Et moi qui ai peur de la vitesse, je reste les mains scotchées sur les freins et je serre fort les fesses, encore plus que dans les vestiaires des garçons ! Les côtes et les descentes s’enchainent, c’est toujours aussi beau, mais la fatigue commence à se faire ressentir, et même à vélo, la chaleur devient éprouvante… A 40Km/h dans les descentes, c’est un air chaud et pas rafraichissant qui te caresse…

Vient enfin le moment de la CAP en deux boucles de 9Kms !

Cap nico begles salagou

L’organisme est déjà entamé par les 36°C… Le paysage est toujours aussi beau, mais le cerveau s’en fout… Les seules informations que ce dernier veut bien envoyer sont : « Ca fait mal ! », « Bois encore une gorgée ! », « gros con, pourquoi tu t’es inscrit sur cette course de nazes ! »… Il n’y a pas d’ombre, le soleil cogne… Mal au bide, vertiges, saletés de côtes là aussi, sable… On ne court pas ensemble avec Olivier, mais sans le savoir, on vit les mêmes choses, et on évoque tous les deux l’hypothèse d’un abandon ! A la fin du premier tour, de nombreux participants laissent tomber… Ce serait dommage d’être arrivés ici, à 400Kms de Bordeaux, pour finalement abandonner… Alors, on alterne course et marche, on boit des litres et des litres, on s’arrose, on regarde tous les autres qui en bavent autant que nous…

CAP olive

Au bout de 6H11, c’est Olivier qui franchit la ligne, et moi au bout de 6H49 : mon 4ème Half, mais de loin de plus éprouvant ! 750 Partants et 493 finishers… On est vidés et déglingués, mais ON L’A FAIT… Pendant quelques heures, on se dit qu’on ne recommencera jamais un truc pareil ! Mais dès le lendemain matin, on réfléchit déjà au prochain 😉